apprendre la bourse et le trading 236
mars 25, 2020 Par bourse 0

La Norvège en tête des voisins européens en interdisant les paiements bancaires

OSLO (Reuters) – La Norvège est devenue l'un des premiers pays européens à envisager d'interdire aux banques de verser des dividendes mercredi alors que l'épidémie de coronavirus pousse le monde dans la crise.

Dans une proposition au ministère des Finances, l'Autorité norvégienne de surveillance financière a déclaré que les banques et les assureurs du pays ne devraient pas être en mesure de verser des dividendes pour le moment, étant donné les terribles conséquences de l'épidémie.

La décision du régulateur norvégien le place au premier plan des mesures prises dans d'autres parties de l'Europe. Plus tôt dans la semaine, le régulateur financier allemand a exhorté les banques à s'abstenir de racheter des actions et de réfléchir à deux fois avant de verser des dividendes et des obligations.

Des appels similaires ont été lancés par des responsables suédois et français.

Les régulateurs européens ont récemment assoupli les règles afin de faciliter les prêts des banques afin d'éviter un effondrement de l'économie, mais ils veulent empêcher que l'argent, qui provient en fin de compte des contribuables, ne se retrouve dans les poches des actionnaires ou des banquiers.

"Dans cette situation critique, l'argent des contribuables est destiné à soutenir nos systèmes de santé et l'économie réelle et non à renflouer les banques imprudentes", a déclaré Sven Giegold, membre allemand du Parlement européen.

La Banque centrale européenne, qui a déclaré qu'elle achèterait plus de 1 000 milliards d'euros d'obligations et fournirait un financement bon marché aux banques pour financer les entreprises, attend également des banques qu'elles prennent des "décisions prudentes" concernant les paiements.

La semaine dernière, un groupe d'anciens régulateurs de haut niveau a déclaré dans une déclaration aux ministres des Finances et aux banques centrales du G20 que les prêteurs commerciaux devraient immédiatement arrêter les rachats d'actions, les dividendes et la plupart des primes du personnel pour renforcer leur capital et sa capacité à prêter à l'économie réelle.

En formulant sa recommandation, la FSA norvégienne a déclaré que les banques pourraient subir des pertes importantes en raison de l'épidémie, tandis que les assureurs risquent de baisser leurs revenus en raison d'une baisse des taux d'intérêt et pourraient également voir une baisse des valeurs de actifs.

La décision d'autoriser ou non le versement de dividendes pour l'exercice 2019 sera prise "dès que possible", a déclaré à Reuters un porte-parole du ministère des Finances.

Le lobby du secteur financier a toutefois déclaré que le ministère devrait rejeter la proposition.

La plupart des banques ont proposé des paiements pour 2019 et devraient tenir des assemblées d'actionnaires dans les prochaines semaines pour approuver les plans.

Le régulateur a précédemment exhorté les banques à reconsidérer les paiements de dividendes et les rachats.

L'épidémie de coronavirus a déjà fait des ravages en Norvège, le chômage ayant quintuplé ces dernières semaines pour atteindre son plus haut niveau depuis les années 1930.

La plus grande banque de Norvège, DNB (DNB.OL), a déclaré lundi qu'il envisageait toujours de maintenir son plan de paiement de dividendes lors de son assemblée générale annuelle fin avril.

Assureur Gjensidige (GJFS.OL) a rejeté lundi une proposition de distribution d'un dividende extraordinaire de 5 NOK par action, mais a maintenu son intention de verser un dividende ordinaire de 7,25 NOK.

Le régulateur a déclaré que toute interdiction de dividende pourrait être annulée plus tard si les circonstances changeaient.

Certaines autres banques ont volontairement retiré leurs dividendes. Santander, d'Espagne, durement touché par l'épidémie, est devenu lundi le premier grand prêteur de la zone euro à annoncer qu'il éliminerait un paiement intermédiaire en novembre et reverrait son dividende 2020.

La Bourse de Londres a annoncé mercredi qu'elle autoriserait les sociétés cotées sur son marché à différer le paiement des dividendes jusqu'à 30 jours en raison des marchés des coronavirus.

Rapports supplémentaires de Tom Sims à Francfort et Francesco Guarascio à Bruxelles; Écrit par John O & # 39; Donnell; Montage par Toby Chopra

Nos normes:Principes de confiance de Thomson Reuters.