images 59 1
mai 10, 2020 Par bourse 0

Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats de COLO B.CO 6 mai 20 13h00 GMT

Humlebaek 12 mai 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique Coloplast A / S ou publication des résultats le mercredi 6 mai 2020 à 13 h 00 GMT

Carnegie Investment Bank AB, Division de la recherche – Co-responsable danois de la recherche et analyste financier

Merci orateurs. Votre ligne est maintenant ouverte. Allez-y.

Bon après-midi à tous. Et bienvenue à notre conférence téléphonique du deuxième trimestre & # 39; 19 / & # 39; 20. Je suis Kristian Villumsen, PDG de Coloplast, et je suis accompagné du directeur financier, Anders Lonning-Skovgaard et de notre équipe des relations avec les investisseurs. Nous ferons l'appel comme nous le faisons habituellement, où nous commencerons par une courte introduction d'Anders et de moi-même, puis ouvrirons les questions.

Nous avons eu des difficultés techniques importantes à notre centre de conférence. Donc, à ce stade, nous pensons que tous ceux qui ont voulu assister à l'appel ne peuvent pas y assister. Alors bien sûr, l'appel sera disponible après la réunion, et nous ferons de notre mieux pour être disponible pour les questions de suivi de toute personne qui souhaite contacter l'entreprise.

Passez à la diapositive n ° 3. Coloplast a livré un solide ensemble de chiffres au deuxième trimestre avec une croissance organique de 9%, une augmentation de 15% de l'EBIT et un rendement du capital investi de 46%. Les résultats reflètent une solide performance sous-jacente dans l'entreprise, ainsi que des facteurs positifs et négatifs liés à l'épidémie de COVID-19.

Avant d'examiner de plus près les chiffres, je voudrais fournir une mise à jour sur la façon dont Coloplast a réagi à l'épidémie. Pendant la crise, nous avons eu 3 priorités clés: assurer la sécurité de nos employés, continuer à servir nos clients et maintenir les opérations commerciales. Nous avons mis en place des directives mondiales, des mesures de sécurité et des plans d'urgence pour assurer la sécurité de nos populations. Et le résultat global de nos efforts est solide, et nous ferons de notre mieux pour que cela continue.

Je voudrais saisir cette occasion pour reconnaître les efforts de nos plus de 12 000 personnes dans le monde en ces temps extraordinaires pour se soutenir mutuellement, servir les clients et assurer la continuité des activités. Je tiens également à exprimer ma gratitude à nos partenaires cliniques pour leur dévouement au service des patients en cette période difficile.

Notre situation de livraison et d'approvisionnement continue de sembler solide après une augmentation importante de la demande au cours des dernières semaines de mars, alors que les distributeurs et les utilisateurs finaux créent des stocks de sécurité. Nos employés de la fabrication et de la chaîne d'approvisionnement sont félicités pour avoir aidé les produits à sortir et à passer entre les mains de nos clients.

Nous avons gardé les lumières allumées. Et nous continuons à servir nos consommateurs avec des produits et des services. Nos consommateurs ont confiance en notre aide et notre soutien, afin qu'ils puissent continuer à contrôler leur état. Engager un dialogue avec les consommateurs et garantir la livraison des produits via nos activités directes est devenu plus important que jamais, et une exécution claire de notre feuille de route numérique est essentielle.

Aujourd'hui, Coloplast a des équipes de consommateurs dans plus de 30 marchés qui se connectent avec les consommateurs dans ce que nous appelons un modèle de contact élevé, par téléphone, e-mail, Web et autres moyens. Presque du jour au lendemain, après l'épidémie, nous avons établi nos équipes de consommateurs à distance depuis notre domicile et avons pu servir et parler à nos utilisateurs finaux exactement comme nous le faisions avant l'épidémie.

Chez Coloplast, nous construisons 1 infrastructure partagée, 1 système ERP, 1 système CRM, etc. Et cela nous a permis d'agir rapidement et de maintenir à distance notre niveau de service certains des jours les plus occupés de notre entreprise. Soutenir nos professionnels de la santé pendant la crise a également été essentiel. Et en l'absence de réunions en personne, nous trouvons de nouvelles façons d'interagir avec les professionnels de la santé par le biais de courriels, de webinaires, d'activités de sensibilisation et d'autres événements numériques.

Chez Ostomy and Continence Care, nous avons accru notre attention sur les outils et services numériques pertinents, y compris beaucoup d'éducation et d'apprentissage. À l'urologie interventionnelle, nous avons développé nos programmes de formation médicale professionnelle afin qu'ils puissent être offerts virtuellement. Et nous proposons 2 à 3 webinaires en direct par semaine depuis début avril, couvrant un large éventail de sujets.

Chez Wound Care, nous nous sommes concentrés sur les produits, les services et l'éducation adaptés à la situation actuelle. Par exemple, notre pansement transparent Comfeel Plus peut être utilisé pour protéger la peau sous les masques et les verres des professionnels de la santé. Pour utiliser notre temps à bon escient et aider notre force de vente à se renforcer après la crise, nous avons mis en œuvre des plans de formation structurés dans notre entreprise, différents domaines d'activité pour améliorer notre force de vente sans être sur le terrain, et de nombreuses autres activités pertinentes. .

En tant qu'entreprise, nous aspirons à sortir plus forts de cette crise. Bien que nous nous concentrions sur la navigation dans l'entreprise tout au long de cette période, nous restons concentrés sur nos objectifs stratégiques, notre croissance et notre programme de création de valeur. Une crise comme celle-ci nécessite une approche prudente de la gestion des coûts, mais plus important encore, nous continuons à aller de l'avant avec la grande majorité de nos investissements dans l'innovation et les initiatives commerciales. L'exception est l'urologie interventionnelle, qui est également l'entreprise la plus touchée par COVID-19.

Nous avons également approuvé de nouveaux cas d'investissement. Malheureusement, nous maintenons la dynamique de la R&D. Nous n'avons constaté aucune interruption significative de nos essais cliniques en cours dans le cadre du programme de performance clinique.

Enfin, pour nous assurer d'avoir une capacité de production suffisante pour les produits existants et nouveaux, nous avons décidé d'augmenter notre niveau de CapEx cette année. Le mois dernier chez Coloplast, nous avons mené une enquête mondiale auprès des personnes qui mesure l'engagement de nos employés. Étant donné que l'enquête a été menée pendant l'épidémie de COVID-19, nous sommes satisfaits du taux de participation. Et sur une échelle de 0 à 10, le score moyen de participation à Coloplast est de 7,9. C'est au-dessus de la référence de l'industrie des soins de santé et est à égalité avec nos enquêtes précédentes. Avec des dirigeants et des équipes solides qui travaillent maintenant sur leurs résultats spécifiques pour s'assurer que nous agissons là où c'est nécessaire et continuons à développer notre lieu de travail et nos capacités. Il y aura également d'importants enseignements tirés de l'expérience mondiale du travail à domicile en raison de l'épidémie de COVID-19, qui, je crois, peut augmenter la satisfaction au travail et attirer de nouveaux talents dans l'entreprise.

En résumé, je pense que nous nous sommes bien adaptés à cette nouvelle réalité.

Passons maintenant à l'orientation et aux résultats. Passez à la diapositive 4. Le 18 mars, nous avons publié un guide financier révisé en raison de l'épidémie de COVID-19, ce qui aura un impact négatif significatif sur nos activités d'urologie interventionnelle. Nous réitérons les directives aujourd'hui, et Anders examinera les perspectives financières et nos hypothèses plus en détail plus tard.

En regardant les résultats du trimestre. Les 2 grandes sociétés de soins chroniques ont offert un solide deuxième trimestre avec une croissance organique de 10% dans les soins de stomie et une croissance organique de 12% dans les soins de continence. La croissance sous-jacente dans les 2 secteurs d'activité a été forte dans toutes les régions, à l'exception d'Ostomy Care en Chine, qui a été affectée par l'épidémie de COVID-19 en février et mars.

En outre, le trimestre a vu un impact positif important de l'accumulation des stocks en Europe principalement fin mars par les distributeurs et les utilisateurs finaux, compensant clairement l'impact négatif en Chine. La croissance du trimestre a été gonflée par l'accumulation d'actions d'environ 150 millions de DKK. Alors que COVID-19 se répandait en Europe, les gouvernements ont augmenté de manière proactive les droits de prescription pour permettre aux utilisateurs de créer des stocks de sécurité. Les distributeurs qui avaient normalement des stocks de 2 à 3 semaines en Europe créent également des stocks de sécurité. Les niveaux de stock devraient se normaliser au fil du temps, bien que tant que l'incertitude entourant COVID-19 persiste, nous nous attendons à ce que les distributeurs et les utilisateurs finaux maintiennent un certain niveau de stock de sécurité.

En Chine, une réouverture prudente de l'économie se poursuit. Nos représentants commerciaux sont sur le terrain pour visiter les hôpitaux et les clients. Le nombre de chirurgies de stomie augmente, et nous nous attendons à une normalisation au cours du troisième trimestre.

Les cliniques externes sont à nouveau ouvertes. Les volumes de patients en clinique ont été réduits depuis un certain temps, mais ont commencé à se normaliser. Et dans l'ensemble, nous nous attendons à ce que la situation prenne un peu plus de temps à se normaliser en Chine grâce à une normalisation progressive au cours du deuxième semestre de l'exercice, tant en stomie qu'en soins des plaies.

L'activité Urologie interventionnelle a enregistré une croissance organique de 3% et a déjà été affectée négativement par la crise du COVID-19 vers la fin du deuxième trimestre, les chirurgies électives ayant été annulées en Europe et aux États-Unis. USA Comme je l'ai mentionné plus tôt, nous nous attendons à ce que la situation se dégrade considérablement au troisième trimestre. Le calendrier et le rythme de la reprise dans les procédures choisies sont encore très incertains, mais nous prévoyons que la perte de revenus se rétablira une fois que la situation redeviendra normale.

L'activité de soin des plaies et de la peau a réalisé 4%, pénalisée par la faiblesse du marché chinois. En Europe et aux USA Aux États-Unis, les activités de soin des plaies et de la peau ont bien performé au cours du trimestre. Mais en Chine, où les plaies sont traitées à l'hôpital, les procédures de plaies ont été annulées, ce qui a eu un impact négatif significatif sur le trimestre.

Aujourd'hui, le conseil d'administration a approuvé un dividende de 5 DKK par action en milieu d'année correspondant à un paiement total de dividendes intérimaires d'environ 1 milliard de DKK.

Examinons maintenant de plus près les résultats par domaine d'activité et par zone géographique. Passez à la diapositive 5. Chez Ostomy Care, la croissance organique était de 9% pour les 6 premiers mois et la croissance des couronnes danoises était de 10%. Au deuxième trimestre, la croissance organique était de 10% et la croissance des couronnes danoises était également de 10%.

Du point de vue des produits, la croissance continue d'être tirée par nos produits d'assistance SenSura Mio et Brava sur des marchés plus importants tels que le Royaume-Uni et les États-Unis. USA Et l'Allemagne. SenSura Mio Convex continue d'être le principal contributeur à la croissance, tirée par l'Europe et les États-Unis. USA

La croissance de notre portefeuille SenSura et Assura / Alterna a été tirée par une solide performance sur des marchés tels que le Brésil et l'Argentine, ainsi que par des livraisons tendres en Russie. Globalement, les marchés émergents, hors Chine, ont connu un bon premier semestre.

D'un point de vue régional, la croissance des ventes a été tirée par l'Europe en raison de l'impact positif considérable de l'accumulation de stocks au deuxième trimestre que j'ai décrit plus tôt.

En Europe, le Royaume-Uni et l'Allemagne ont été les principaux contributeurs à la croissance. Et les États-Unis ont également connu un trimestre solide. La croissance des revenus en Chine au deuxième trimestre a été affectée par l'épidémie de COVID-19 et la fermeture des hôpitaux. La Chine l'utilise principalement pour récupérer ses fournitures à l'hôpital, ce qui a entraîné une baisse des ventes en raison de l'épidémie.

En dehors de la Chine, les produits sont livrés au domicile des personnes ou collectés dans les pharmacies. Sur une note positive, le portefeuille de SenSura Mio a récemment été lancé en Chine lors d'un événement virtuel auquel il a très bien assisté.

La France a également contribué à la croissance de la période malgré l'impact négatif de la réforme française des prix introduite en juillet dernier. Chez Continence Care, la croissance organique a été de 9% pour les 6 premiers mois et la croissance des couronnes danoises a également été de 9%. Au deuxième trimestre, la croissance organique était de 12% et la croissance des couronnes danoises était également de 12%.

Du point de vue des produits, les cathéters intermittents prêts à l'emploi SpeediCath continuent de stimuler la croissance. SpeediCath Flex a contribué positivement à la croissance, en particulier aux États-Unis. USA Et sur les marchés européens. Les cathéters SpeediCath Compact continuent de stimuler la croissance dans des pays comme le Royaume-Uni et la France. La croissance des ventes des produits Peristeen reste satisfaisante, tirée par la France, les États-Unis et le Royaume-Uni. D'un point de vue régional, la croissance des ventes a été tirée par l'Europe en raison de l'impact positif considérable de l'accumulation de stocks au deuxième trimestre que j'ai décrit plus tôt.

En Europe, le Royaume-Uni et l'Allemagne ont été les principaux contributeurs à la croissance. Les États-Unis ont également enregistré un trimestre solide. La France a contribué à la croissance malgré l'impact négatif de la réforme française des prix introduite en juillet dernier.

Chez les NPD ou les nouveaux patients en stomie et soins de continence, nous nous attendons à voir une diminution à la suite de l'éclosion de COVID-19. Cependant, la plupart des chirurgies qui conduisent à des stomies sont des chirurgies du cancer, qui ne peuvent pas être reportées longtemps.

Aux soins de continence, il y aura probablement une diminution des blessures de la moelle épinière, mais cela ne sera pas remarqué dans une population de patients avec des taux de survie d'une décennie. Donc, dans l'ensemble, nous prévoyons une diminution temporaire du nombre de nouveaux patients, mais nous ne nous attendons pas à ce que cela affecte de manière significative les taux de croissance au cours de la prochaine année.

En urologie interventionnelle, la croissance organique a été de 6% au cours des 6 premiers mois et celle des couronnes danoises de 8%. Au deuxième trimestre, la croissance organique était de 3% et celle des couronnes danoises de 5%. Du point de vue des produits, la croissance a été tirée par les ventes d'implants Titan Penile et du portefeuille Axis Biologics aux États-Unis. USA Et les ventes de produits chirurgicaux jetables ont également contribué positivement à la croissance tirée par l'Europe.

Comme expliqué précédemment, l'épidémie de COVID-19 a eu un impact négatif sur la croissance au deuxième trimestre. Ventes aux USA USA Les attentes ont suivi jusqu'aux dernières semaines du trimestre, lorsque les ventes ont fortement chuté. Vers fin mars et courant avril, les revenus de l'EE. USA Ils ont été égaux ou proches de 0.

Les procédures électives dans les affaires européennes ont également été négativement affectées. Alors que l'entreprise d'urologie interventionnelle traverse cette période difficile, des initiatives de réduction des coûts ont été lancées et des investissements commerciaux sont actuellement suspendus.

Chez Wound & Skin Care, la croissance organique au cours des 6 premiers mois a été de 7% et celle des couronnes danoises de 8%. La croissance organique de Wound Care à elle seule était de 3%. Au deuxième trimestre, Wound & Skin Care a livré 4% et Wound Care à lui seul a connu une croissance négative de 2% au cours du trimestre.

Du point de vue des produits, la croissance de Wound Care a été alimentée par le portefeuille de Biatain Silicone en Europe, où des marchés comme le Royaume-Uni et l'Allemagne ont affiché une forte croissance.

Le portefeuille de tailles et de formes de silicone de Biatain continue de contribuer de manière significative à la croissance.

Du point de vue du pays, les États-Unis et l'Allemagne ont été les principaux contributeurs à la croissance. La Chine a considérablement ralenti sa croissance au deuxième trimestre en raison de l'épidémie de COVID-19, qui a eu un impact négatif significatif sur les procédures de soins des plaies. L'entreprise américaine de soins de la peau USA Le premier semestre a été solide, grâce à des produits clés comme InterDry et EasiCleanse. Le rendement a été stimulé par une forte demande à la suite de la pandémie de COVID-19. Et l'activité de fabrication sous contrat compétitive a continué de contribuer à la croissance au cours des 6 premiers mois.

Passons aux segments géographiques. Nous avons enregistré une croissance organique de 7% au cours des 6 premiers mois sur nos marchés européens. La croissance organique au deuxième trimestre a été de 9%. La croissance a été tirée par des marchés clés comme le Royaume-Uni et la France. Et comme décrit ci-dessus, la constitution de stocks en Europe a eu un impact positif significatif sur la croissance au deuxième trimestre. La France a contribué à la croissance malgré la réforme des prix française, introduite en juillet dernier. L'activité Urologie interventionnelle en Europe a été affectée négativement par l'épidémie de COVID-19 et l'annulation des procédures électives.

La croissance organique des revenus dans les autres marchés développés a été de 10% au cours des 6 premiers mois. Et au deuxième trimestre, la croissance organique était de 11%. La croissance a été alimentée par l'activité américaine Chronic Care. USA, ainsi qu'un bon premier trimestre pour l'urologie interventionnelle. En raison de COVID-19, le deuxième trimestre a été difficile pour l'urologie interventionnelle aux États-Unis, comme je l'ai décrit précédemment.

L'activité soins de la peau a connu une bonne croissance au cours de la période et a été soutenue par une demande accrue due à COVID-19. Les taux de croissance au Japon et en Australie restent satisfaisants.

Le chiffre d'affaires des marchés émergents a augmenté de façon organique de 12% au cours des 6 premiers mois. Et au deuxième trimestre, la croissance organique a atteint 7% en raison du grand impact négatif de COVID-19 en Chine sur les soins de stomie et les soins des plaies.

En dehors de la Chine, les marchés émergents ont connu un très bon début d'année, tirés par toutes les régions et notamment l'Argentine, le Brésil et la Russie avec de fortes livraisons.

Sur ce, je vais maintenant céder Anders, qui vous guidera à travers les finances et les perspectives plus en détail. Passez à la diapositive 6.

————————————————– ——————————

Anders Lonning-Skovgaard, Coloplast A / S – Vice-président exécutif et directeur financier [3]

————————————————– ——————————

Merci Kristian et bonjour à tous. Les revenus déclarés pour les 6 premiers mois ont augmenté de 9% par rapport à la même période l'an dernier. La majeure partie de la croissance a été tirée par la croissance organique, qui contribue à hauteur de 8% au chiffre d'affaires publié. Dans l'ensemble, l'impact négatif de l'épidémie de COVID-19 sur nos activités chinoises et nos activités d'urologie interventionnelle a été éclipsé principalement par l'impact positif de la constitution de stocks en Europe. Le taux de change a eu un impact positif d'environ 1% sur le résultat publié, principalement en raison de l'appréciation du dollar américain et de la livre sterling par rapport à la couronne danoise.

Passez à la diapositive 7. Le bénéfice brut a augmenté de 11% pour atteindre environ 6,5 milliards de DKK. Cela équivaut à une marge brute de 68% contre 67% l'an dernier. La marge brute a été affectée positivement par le levier d'exploitation tiré par la croissance des revenus et l'amélioration de l'efficacité de la production grâce au programme GOP4, notamment la fermeture de l'usine Thisted au Danemark en 2019. La marge brute a également été a été positivement affecté par le coût de restructuration de 27 millions de DKK au cours de la période de comparaison de l'année dernière.

La marge brute a été affectée négativement par la hausse des coûts en Hongrie en raison de l'inflation des salaires et des pénuries de main-d'œuvre. Au deuxième trimestre, la marge brute a été affectée négativement par la gamme de produits en raison de la baisse des ventes aux États-Unis. USA En urologie interventionnelle. Il y a eu un autre impact négatif sur la marge brute des coûts extraordinaires liés à l'épidémie de COVID-19, y compris la mise en œuvre de mesures de sécurité complètes dans toute l'entreprise.

La marge brute comprend un impact positif des devises d'environ 30 points de base. Le ratio distribution / ventes pour les 6 premiers mois a atteint 29%, à égalité avec l'année dernière. L'augmentation de 9% reflète l'augmentation des investissements dans les activités de vente et de marketing sur plusieurs marchés et secteurs d'activité; par exemple, en Chine, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Au deuxième trimestre, le coût de distribution a augmenté de 6% par rapport à l'année dernière, reflétant une baisse des dépenses due à l'épidémie de COVID-19. Le ratio admin / ventes pour les 6 premiers mois a atteint 4% des ventes, à égalité avec l'année dernière. La baisse de 3% reflète les coûts non récurrents encourus l'année dernière dans les domaines informatique et juridique.

Le ratio R&D sur chiffre d'affaires a atteint 4% du chiffre d'affaires, en ligne avec l'année dernière. Globalement, cela s'est traduit par une augmentation de 14% du résultat opérationnel au cours des 6 premiers mois, ce qui correspond à une marge EBIT de 32% contre 30% l'an dernier. La marge EBIT contient un impact positif des devises de 30 points de base. La marge EBIT a été positivement affectée par les initiatives de réduction des coûts après l'éclosion de COVID-19 dans toutes les entreprises et régions. Comme Kristian l'a expliqué précédemment, la société continue d'investir dans des activités commerciales et d'innovation autres que l'urologie interventionnelle, où la prochaine vague d'investissements de croissance incrémentielle est suspendue jusqu'à ce que la situation s'améliore.

Les flux de trésorerie d'exploitation pour les 6 premiers mois se sont élevés à environ 1,6 milliard de DKK contre environ 1,2 milliard de DKK l'an dernier et incluent un impact positif de 95 millions de DKK lié à un reclassement des loyers à partir de – après l'adoption d'IFRS 16. L'évolution positive des flux de trésorerie est principalement due à une augmentation du bénéfice d'exploitation de 375 millions de DKK. Les flux de trésorerie liés aux activités d'investissement ont été affectés par les investissements dans l'automatisation, l'informatique et la nouvelle usine au Costa Rica.

Les investissements CapEx ont totalisé 475 millions DKK au cours des 6 premiers mois, soit une augmentation de 202 millions DKK par rapport à l'année dernière. En conséquence, CapEx a représenté 5% du chiffre d'affaires contre 3% l'an dernier. Cette augmentation est principalement liée à la hausse des investissements dans l'automatisation, l'informatique et la nouvelle usine au Costa Rica.

En conséquence, le flux de trésorerie disponible pour les 6 premiers mois a été de 1,2 milliard de DKK contre 1 milliard de DKK l'an dernier. Corrigé de l'impact positif de 95 millions DKK d'IFRS 16, le cash-flow libre a augmenté de 8%. Notre conversion en espèces au deuxième trimestre, calculée comme la moyenne finale sur 12 mois, était de 96%. En raison de l'épidémie de COVID-19, je surveille de très près les comptes clients commerciaux. Et nous avons également décidé de payer tous nos fournisseurs auparavant.

Au deuxième trimestre, un nouveau programme de rachat d'actions, d'un montant total de 500 millions de DKK, devrait être achevé d'ici la fin de cet exercice.

Enfin, hier, nous avons établi un programme parrainé par des ADR de niveau 1 aux États-Unis en collaboration avec la Bank of New York Mellon. En convertissant en programme de parrainage, notre objectif est de faciliter un meilleur accès au stock Coloplast.

Passez à la diapositive 8. D'ici & # 39; 19 / & # 39; 20, nous prévoyons que les revenus passeront de 4% à 6% en organique et de 4% à 6% en DKK. Le guide repose sur 4 hypothèses clés: La première hypothèse est que la situation en urologie interventionnelle se normalise progressivement au cours du second semestre de l'exercice. La deuxième hypothèse est que la situation en Chine chez Ostomy Care et Wound Care se normalise progressivement au cours du second semestre de l'exercice. La troisième hypothèse est l'impact positif de l'accumulation de stocks au deuxième trimestre, principalement en Europe, dans les activités Ostomy Care et Continence Care, s'inversant partiellement au second semestre de l'exercice. L'incidence la plus importante de la réduction des stocks devrait se produire au quatrième trimestre. Cependant, en raison de l'épidémie de COVID-19, nous nous attendons à ce que les distributeurs et les utilisateurs finaux disposent d'un stock de sécurité plus élevé tout au long de l'année. Et l'hypothèse finale est une offre et une distribution mondiales stables de produits.

En plus de ces hypothèses clés, notre orientation suppose des tendances de croissance stables dans nos régions, ainsi qu'un impact positif continu des lancements de nouveaux produits et des investissements commerciaux.

Notre guide suppose également une pression annuelle sur les prix pouvant aller jusqu'à moins 1 point de pourcentage. Nous nous attendons à ce que la pression sur les prix soit plus proche du total moins 1% pour & quot; 19 / & # 39; 20 en raison de la réforme des prix en France au sein des soins de stomie et des soins de continence, qui a été mise en œuvre en juillet 2019.

L'impact annuel de la réforme des prix en France est estimé à environ 100 millions de DKK. Nous constatons également une pression sur les prix pour de plus petites réformes en Suisse et aux Pays-Bas. Concernant l'élimination progressive des offres sur les marchés émergents, les 6 premiers mois ont vu une bonne contribution à la croissance des livraisons en Russie. L'année dernière, les appels d'offres russes ont baissé au second semestre, ce qui signifie que nous aurons une période de comparaison plus difficile au second semestre de cette année en raison de la Russie. Dans l'ensemble, en termes de croissance progressive aux troisième et quatrième trimestres, la société suppose que l'impact de COVID-19 sur les ventes sera plus grave au troisième trimestre en raison de l'urologie interventionnelle, suivi d'une reprise progressive au quatrième trimestre. . L'orientation dans la couronne danoise reflète un impact positif de l'appréciation du dollar américain et de la livre sterling par rapport à la couronne danoise, qui est partiellement compensé par la dépréciation du peso argentin et du real brésilien par rapport à la couronne danoise.

L'impact de la devise est basé sur les taux au 4 mai. Pour & # 39; 19 / & # 39; 20, nous continuons de tabler sur une marge EBIT d'environ 30% à 31%. Et en devises constantes, en devises constantes et de 30% à 31% en couronnes danoises. La direction de l'EBIT dans la couronne danoise est partiellement affectée par la dépréciation du forint hongrois par rapport à la couronne danoise, ainsi que par l'appréciation du dollar américain et de la livre sterling par rapport à la couronne danoise. En raison de l'épidémie de COVID-19, nous avons constaté une réduction naturelle des coûts en raison de la baisse des frais de voyage et des dépenses de vente et de marketing.

Nous avons également commencé des activités de réduction des coûts en urologie interventionnelle. Nous continuerons d'investir pour la croissance et d'investir jusqu'à 2% des ventes, des investissements supplémentaires, dans l'innovation et les activités de vente et de marketing. La marge brute sera affectée positivement par le levier d'exploitation et le Plan mondial d'opérations 4, qui est en passe d'offrir une amélioration de la marge EBIT de 100 points de base à & # 39; 19 / & # 39; 20. L'impact positif devrait être compensé en partie par la gamme de produits en raison de la baisse des ventes aux États-Unis en urologie interventionnelle et de la pression sur les coûts en Hongrie due à l'inflation des salaires et aux pénuries de main-d'œuvre. Les coûts supplémentaires dus à l'épidémie de COVID-19 pèseront également sur la marge.

Nous n'engagerons aucun frais de restructuration à & # 39; 19 / & # 39; 20 par rapport à 43 millions DKK à & # 39; 18 / & # 39; 19. Globalement, on s'attend à ce que la marge brute pour & # 39; 19 / & # 39; 20 soit en ligne avec & # 39; 18 / & # 39; 19 en tenant compte de l'impact positif de la devise. Nous nous attendons maintenant à ce que nos finances nettes se terminent l'année fiscale 19/20 à un point négatif d'environ 200 millions DKK contre moins 125 millions DKK auparavant. Ceci est principalement dû aux pertes sur les postes du bilan libellés en diverses devises étrangères, y compris le real brésilien et le dollar australien, qui s'est déprécié de manière significative.

En outre, nous prévoyons des pertes de couverture du dollar américain et de la livre sterling par rapport à la couronne danoise en raison de l'appréciation des deux devises par rapport à la couronne danoise. Les prévisions de CapEx pour & # 39; 19 / & # 39; 20 devraient maintenant se situer autour de 950 millions de DKK par rapport à 850 millions de DKK auparavant et sont motivées par des investissements dans une capacité accrue pour les produits nouveaux et existants ainsi que expansion de l'usine au Costa Rica, initiatives d'automatisation et investissements informatiques dans la numérisation. Nous avons augmenté les prévisions de CapEx de 100 millions de DKK pour garantir une capacité de production suffisante pour les produits nouveaux et existants.

Enfin, notre taux d'imposition effectif devrait se situer autour de 23%.

————————————————– ——————————

Kristian Villumsen, Coloplast A / S – Président et chef de la direction [4]

————————————————– ——————————

Merci Anders. Avant de passer aux questions et réponses, je voudrais mentionner que notre événement de la Journée des marchés des capitaux a été reporté en raison de l'épidémie de COVID-19. L'entreprise se concentre sur la gestion de la situation COVID-19, mais le travail de stratégie se poursuit. Et une fois que nous serons plus clairs sur l'épidémie, nous annoncerons une nouvelle date pour notre journée des marchés de capitaux. Debido a las dificultades técnicas que sabemos que algunas personas han tenido para acceder a la llamada, la forma en que manejaremos las preguntas y respuestas ahora es que responderemos las preguntas de las personas que ingresaron a la llamada. Y luego sé que varias personas que querían estar en la llamada enviaron preguntas a nuestro equipo de Relaciones con Inversores, y las leeremos en voz alta y las responderemos lo mejor que podamos. Una vez más, quiero reiterar que si alguien que escucha esto después, que necesita tener acceso a nosotros y tiene alguna pregunta y respuesta, comuníquese con Relaciones con Inversores y haremos todo lo posible para satisfacer su necesidad.

Gracias operador. Ahora estamos listos para responder las preguntas de las personas en la llamada.

================================================== ==============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur [1]

————————————————– ——————————

(Instrucciones para el operador) Su primera pregunta proviene de la línea de Alex Gibson de Morgan Stanley.

————————————————– ——————————

Alexander Matthew Gibson, Morgan Stanley, División de Investigación – Analista de Equidad [2]

————————————————– ——————————

Tengo 3 preguntas que quería hacer, con suerte rápido. El primero sobre el impacto de la media. ¿Anticipa que continuará en el próximo trimestre y luego volverá? Y si es así, ¿dónde estás viendo eso?

Mi segunda pregunta también sería sobre los niveles de almacenamiento. Según sus conversaciones con clientes y gerentes de compras, ¿cuánto tiempo espera que mantengan un stock elevado? ¿Sería esto hasta que los bloqueos hayan terminado? ¿O podría ser hasta que las cosas vuelvan a la normalidad con todos de vuelta en las oficinas, etc.?

Y, por último, en el lado del costo del negocio. Con base en su experiencia en los últimos trimestres, ¿ve que hay costos que son de naturaleza más estructural, ya sea hacia arriba o hacia abajo, que se desarrollarán en los próximos años, ya sean medidas de seguridad en las instalaciones de fabricación, más personas ¿trabajando desde casa? Cualquier idea sobre ahorro de costos a mediano plazo o ideas de costos más altos sería genial.

————————————————– ——————————

Kristian Villumsen, Coloplast A / S – Presidente y CEO [3]

————————————————– ——————————

Muchas gracias Alex. Comenzaré con el impacto de la media, y luego Anders comentará los costos. Entonces, la acumulación de existencias que vimos en el segundo trimestre fue principalmente Europa, no exclusivamente Europa, sino principalmente Europa. Y realmente no estamos viendo una acumulación de stock adicional en este momento. Pero, por supuesto, dado que se trata de seres humanos que compran estos productos y los seres humanos tienen psicología, entonces esto no es del todo predecible, pero ahora no estamos viendo mucho.

Creo que su pregunta acerca de cuánto tiempo la gente mantendrá este stock es una gran pregunta. Diría que esperamos que las personas se aferren a algunas de esas acciones, exactamente cuánto, la respuesta honesta es que no lo sabemos. Pero creemos que este evento COVID-19 básicamente ha asustado a todos lo suficiente como para que quieran asegurarse de tener acceso al producto y conservar un poco más de lo que normalmente lo harán. Pero a medida que la gente ve que las cosas comienzan a normalizarse, se levantan los bloqueos, [kids] volviendo al trabajo, las empresas comienzan a reabrir, algo de eso saldrá, pero parte de eso también se trasladará el próximo año. Anders, ¿quieres comentar sobre la pregunta sobre el costo?

————————————————– ——————————

Anders Lonning-Skovgaard, Coloplast A / S – Vicepresidente Ejecutivo y CFO [4]

————————————————– ——————————

Ouais Entonces, en términos de costos, este año, vamos a ver una reducción significativa en términos de nuestro patrón de capital. Entonces veremos un gasto reducido en viajes. Y ahora también hemos visto que muchas de nuestras personas de cuello blanco en todo el grupo, están trabajando desde casa. Y, entonces, están trabajando con toda nuestra infraestructura de TI, se puede decir desde casa. Y en realidad está funcionando bastante bien. Creo que lo hemos hecho realmente bien durante este período desafiante para servir a nuestros clientes también trabajando desde casa. Así que creo que con el tiempo, no necesitamos viajar tanto como en el pasado, pero tal vez algunos de esos ahorros, vamos a invertir más en la digitalización de la forma en que estamos operando y en la forma en que estamos trabajando. . Así que creo que podría ser una dinámica en la post corona.

Creo que tal vez también trabajemos un poco más con la reunión virtual como consecuencia de esto. Hoy tenemos muchas reuniones virtuales como consecuencia del trabajo desde casa, y en realidad está funcionando bastante bien. Además, nuestra reunión de la Junta el día de hoy fue una reunión virtual, y está funcionando bastante bien. Así que creo que la digitalización de nuestro comportamiento laboral, la reducción de nuestros gastos de viaje son algunos de los ejemplos de cosas que nos impactarán positivamente al otro lado de la situación de la corona.

————————————————– ——————————

Kristian Villumsen, Coloplast A / S – Presidente y CEO [5]

————————————————– ——————————

Uno de los efectos que vi, además de eso, es que, por supuesto, estamos gastando más dinero en PPE para proteger a nuestros empleados y cosas así. Continuaremos haciéndolo mientras sean las pautas establecidas por las autoridades sanitarias locales. También esperamos que esto sea un requisito para la fuerza de ventas en el futuro previsible. Por lo tanto, trabajamos duro para asegurarnos de tener acceso a este tipo de equipo y un suministro constante. Así que creo que verán cosas que impactan en ambas direcciones, pero ciertamente impactarán la forma en que trabajaremos también en el futuro.

————————————————– ——————————

Alexander Matthew Gibson, Morgan Stanley, División de Investigación – Analista de Equidad [6]

————————————————– ——————————

Bon. Y tal vez solo un seguimiento rápido. En su orientación del 4% al 6%, ¿eso supone que los DKK 140 millones (sic) [DKK 150 million] de almacenamiento se revertirá por completo en la segunda mitad? ¿Cuánto queda? ¿Son 50 millones DKK o solo para tener una expectativa?

————————————————– ——————————

Anders Lonning-Skovgaard, Coloplast A / S – Vicepresidente Ejecutivo y CFO [7]

————————————————– ——————————

So in terms of the around DKK 150 million stocking impact we had in the second quarter, our assumption is that, that will partly be reversed and most of it in our fourth quarter.

————————————————– ——————————

Alexander Matthew Gibson, Morgan Stanley, Research Division – Equity Analyst [8]

————————————————– ——————————

So the majority or minority of the DKK 150 million, just to get sense?

————————————————– ——————————

Anders Lonning-Skovgaard, Coloplast A/S – Executive VP & CFO [9]

————————————————– ——————————

So as Kristian also mentioned, the situation is uncertain. So what we are seeing or what we are expecting, it will partly be reversed and the majority would be in our fourth quarter. So that also means that there will be something that will be carried over into next financial year.

————————————————– ——————————

Opérateur [10]

————————————————– ——————————

Your next question comes from the line of Niels Leth from Carnegie.

————————————————– ——————————

Niels Granholm-Leth, Carnegie Investment Bank AB, Research Division – Co-head of Research of Denmark & Financial Analyst [11]

————————————————– ——————————

A question on your operating expenses. So can you talk about how much expenses such as travel, promotion and marketing those cost items, which have come to a halt during this crisis. How much does these costs represent of your OpEx?

————————————————– ——————————

Anders Lonning-Skovgaard, Coloplast A/S – Executive VP & CFO [12]

————————————————– ——————————

Tout va bien. Thanks for that question. So if I should give a little bit further color to our costs, so our distribution costs, R&D and admin. So year-to-date, our cost base, it grew around 8%. We have, over the course of the Q2, and that will continue into Q3 and Q4, we are very prudent on cost, and we are also naturally going to see a reduction in our travel spend, sales and marketing, in general. We're not going to have congresses, the sales meetings, national sales meetings or things like that. And we have also initiated a number of cost saving activities across our IU business. I'm not going to give you specific numbers on how much we are spending on travel as such. But it is quite a significant amount. And it also means that we will see for the year that our costs will only grow at low single digit. So we are going to see that our costs in the second half of the year will come down as a consequence of the initiatives that I talked to earlier.

It's also important to mention that we will keep our investments into commercial activities. We will also continue to invest into innovation. So that is going to run as normal. So it is the cost related to travel, as I said, and other sales and marketing activities that we are addressing.

————————————————– ——————————

Niels Granholm-Leth, Carnegie Investment Bank AB, Research Division – Co-head of Research of Denmark & Financial Analyst [13]

————————————————– ——————————

Bon. And could you then talk about your gross margin and the effect from the lower revenue in your Urology division in the next 1 or 2 quarters? To what extent will that be recognizable on your gross margin?

————————————————– ——————————

Anders Lonning-Skovgaard, Coloplast A/S – Executive VP & CFO [14]

————————————————– ——————————

Ouais So the drivers in terms of our gross margin is the following: So year-to-date, we are having a gross margin in the level of 68%. So that is higher compared to last year. I am expecting for the full year that we will continue to see impact from the Global Operations Plan 4 and especially the closure of the Thisted factory. We're also not expecting any restructuring costs this year. Last year, we had an impact of DKK 43 million. On the negative side, we will have a negative impact from IU because our IU gross margin, especially on the penile implant, is higher than the group average. We're also facing higher salary increases in Hungary, it's about 10%. And as I have been talking to quite a number of times, we have also — it has also been necessary to hire quite a lot of blue collars from Ukraine, and that is also more costly. And then also, as Kristian talked to earlier, we're also having extra costs related to safety measures, masks, et cetera. But at the end of the day, including an estimated group impact, I expect that the gross margin for the year is going to be around last year's level.

————————————————– ——————————

Opérateur [15]

————————————————– ——————————

No further questions. Please continue.

————————————————– ——————————

Ellen Bjurgert, Coloplast A/S – VP of IR [16]

————————————————– ——————————

Bon. Bonjour à tous. This is Ellen Bjurgert from Investor Relations. I'm really sorry for the technical difficulties today. I will now read out the questions that have been sent to us by our analysts. So first, we have Maja Pataki from Kepler Cheuvreux. Her question is, as you mentioned, you are keeping the pace on your R&D projects in Ostomy and Continence, has there been any change to launch timing?

————————————————– ——————————

Kristian Villumsen, Coloplast A/S – President & CEO [17]

————————————————– ——————————

So let me take a stab at that. The largest R&D projects that we run now are within the clinical performance programs — clinical performance program and the most progressed projects that we run are within Ostomy. All of the clinical trials that we're running there have been fully staffed and are ongoing, and the recruitment in these trials are from everything that we know now, not affected by the COVID-19 situation. And therefore, at this stage, we don't see any effect on launch timing on ongoing clinical trials in these Ostomy projects.

On the Continence side, we are a little further out with the work and some of the clinical work has not been initiated. And as you can imagine, starting to recruit for clinical trials at this stage is difficult. The clinical trials are, as of now, not on critical path to launch time, but of course, if the situation persists, they may actually affect the launch time. Other than that, the effect on the remaining part of the portfolio, we don't see any impact on timing.

————————————————– ——————————

Ellen Bjurgert, Coloplast A/S – VP of IR [18]

————————————————– ——————————

Bon. Maja's second question is, when you refer to normalization, are you talking about meeting last year's levels in revenues or in growth?

————————————————– ——————————

Kristian Villumsen, Coloplast A/S – President & CEO [19]

————————————————– ——————————

We are talking about getting back to growth. And so — but underneath that growth, of course, there are leading indicators. So the things that we look for when we start talking about getting back to growth is, are we seeing a resumption of surgery? Are we seeing access, again, being possible? And of course, the biggest factor for the impact, both for Q3 is Interventional Urology. So we are looking for resumption of surgeries, but we refer to growth.

————————————————– ——————————

Ellen Bjurgert, Coloplast A/S – VP of IR [20]

————————————————– ——————————

Bon. The next question comes from Julien Dormois from Exane BNP Paribas. One question. There has been a pretty wide discrepancy in terms of performance across Wound Care players in Q1. Could you help us understand why your business has been more impacted than some of your peers i.e., is it geographical mix, product portfolio orientated towards elective surgeries, lack of distributor stocking or something else?

————————————————– ——————————

Kristian Villumsen, Coloplast A/S – President & CEO [21]

————————————————– ——————————

Bon. That's a great question. To understand these numbers, you need a bit of nuance on geography and how the business is composed when it comes to both geography and channel. So our business — our Wound Care business, one of our — the largest Wound Care business that we have is in China. China is a hospital market, overwhelmingly a hospital market, and therefore, with COVID-19 shutting down all activity for a while here in Q2, we've been quite heavily affected in China.

In Europe, we are — we mostly have a community business. Demand in community is, as you can imagine, more stable. In some markets in Europe, we do have a significant presence in hospitals. One example of that would be France. And then for the U.S., really, our Wound Care business is quite small. It's mostly a Skin Care business. So the answer to this, I believe, is mostly driven by the geographical composition of our Wound Care business compared to the companies that we compete with.

————————————————– ——————————

Ellen Bjurgert, Coloplast A/S – VP of IR [22]

————————————————– ——————————

Bon. Next questions come from Veronika Dubajova at Goldman Sachs. Veronika has 3 questions. We'll take the first question first. How do you think about the duration of the stocking impact that you saw in the second quarter? Do you anticipate more stock building in the third quarter? When do you expect the customers to destock back to normalized levels? And was this degree of stock building contemplated in your guidance?

————————————————– ——————————

Kristian Villumsen, Coloplast A/S – President & CEO [23]

————————————————– ——————————

That's actually 4 questions in 1. If I read them in a sentence, they get going, Veronika. So we already talked a bit about this stocking situation. And we are really debating human psychology. So for our business has overwhelmingly been — well, it's been mostly European phenomenon, not exclusively, but mostly. And our access to human psychology is probably not better than yours. But we believe that many people are going to find themselves wanting to have a bit more product than they usually do. And that, that effect is going to persist from some time.

The question about whether we anticipate more stock building in Q3, we don't at this stage. We don't at this stage, but of course, if things worsen, this might affect how people behave. So in — we expect some of this destocking to — or some of the stocking to reverse throughout the next 6 months, what level that will be, I think it will be significant, but exactly at what level, we don't put a number to that.

Was this degree of stock building contemplated in your guidance? Not, on March 18 when we issued the guidance of 46%. So you have to remember the moving parts in the guidance here for the full year and that things become a little more dynamic on the quarters because of the situation than normally. The big swing factor for our guidance for the year is, of course, the effect on Interventional Urology. We are seeing a very significant impact on surgeries — elective surgeries here in April. But we also expect that this is going to gradually get back to normal over the coming months or at least it's going to gradually pick up.

The stocking here in Europe, we already commented on coming at least partly back. And then the final effect that I think we should bring forward is we expect the normalization in China to take a bit longer than when we talked earlier in the year, but still normalizing through the second half of the year.

————————————————– ——————————

Ellen Bjurgert, Coloplast A/S – VP of IR [24]

————————————————– ——————————

The second question is, is the Q2 OpEx run rate a good proxy for the remainder of the year?

————————————————– ——————————

Anders Lonning-Skovgaard, Coloplast A/S – Executive VP & CFO [25]

————————————————– ——————————

Ouais So thanks for that question. I think I earlier talked a bit to the underlying drivers of our cost [actually] in the first half and also how I see it in the second half. So as I mentioned, year-to-date, so within the first half, our cost increased by around (technical difficulty) percent and for the full year, I'm expecting that our costs, so our distribution cost, our R&D and our admin cost will increase low single digit.

————————————————– ——————————

Ellen Bjurgert, Coloplast A/S – VP of IR [26]

————————————————– ——————————

And the final question, can you provide color on what drove the sequential decline in gross margin in Q2? And whether this is a good proxy for the second half of '19/'20?

————————————————– ——————————

Anders Lonning-Skovgaard, Coloplast A/S – Executive VP & CFO [27]

————————————————– ——————————

Ouais So in terms of our drivers on the gross margin in Q2, so I also talked to the overall drivers early on. But specifically in Q2, we had a lower sales of urology in U.S. And as I said earlier, our gross margin on penile implants in the U.S. is above-average or above the group average. And so for the full year, also, as I mentioned earlier, I expect that our gross margin will be at the level of the guidance.

————————————————– ——————————

Ellen Bjurgert, Coloplast A/S – VP of IR [28]

————————————————– ——————————

The next question comes from Søren Hansen at Sydbank. How do you see the pent-up demand for the Urology business on the back of the COVID-19 outbreak. Do you expect the volumes in the Urology business in '20/'21 to exceed the volumes in '18/'19?

————————————————– ——————————

Kristian Villumsen, Coloplast A/S – President & CEO [29]

————————————————– ——————————

Good question, Søren. The honest answer is, this is probably a bit too early to talk about that. Remember that the key exposure in our IU business is U.S., which is 50% of men's health and women's health and the elective procedures. So this is where we're going to see most of the impact. We have also seen in Europe and emerging markets that hospitals have delayed Endo procedures, things like kidney stone removals and things like that. So for now, we're still working with the assumptions that we talked about earlier that we're seeing for every month that we are postponing normalization, it's about DKK 100 million in impact. And we earlier talked about a normalization period of 2 to 5 months, and we are still working with that. And probably the truth is going to be somewhere in that range.

————————————————– ——————————

Ellen Bjurgert, Coloplast A/S – VP of IR [30]

————————————————– ——————————

Next question comes from Scott Bardo at Berenberg. Three questions. The first question is outside of the stocking benefit that you quantified, it seems that Europe grew approximately 3% organically in Q2 on an underlying basis. This would be below historic trend. What are the main reasons for this? Any red flags?

————————————————– ——————————

Kristian Villumsen, Coloplast A/S – President & CEO [31]

————————————————– ——————————

So let me take that one. So in terms of our European growth, as we have been talking to the DKK 150 million stocking effect is largely in Europe. So we have also seen some stocking effect outside of Europe. Then please also remember that we are having a price reform running in France. And over the course of the year, we are seeing a negative impact from around DKK 100 million.

And then we have the IU business in Europe that is also impacting us negatively. If we look at the underlying trends of our Chronic business in Europe, they are developing as we had expected. We continue to see good growth within Ostomy with our SenSura Mio platform and especially Convex. We also continue to see good growth within our supporting products. And within Continence, our Flex category and our Compact products also continue to grow as expected. So that's some of the main dynamics for our European growth.

————————————————– ——————————

Ellen Bjurgert, Coloplast A/S – VP of IR [32]

————————————————– ——————————

Question 2. When considering currencies, the gross margins didn't progress meaningfully in Q2, plus 30 basis points ex currency. This seems surprising given a bumper performance in more profitable regions, including Europe and product categories, Ostomy and Continence Care. Does this signal gross margin contraction in the upcoming Q3 quarter when COVID impacts are more pronounced?

————————————————– ——————————

Anders Lonning-Skovgaard, Coloplast A/S – Executive VP & CFO [33]

————————————————– ——————————

Ouais So for the Q2, I think I have been talking to the drivers. So compared to Q1, we have this negative mix impact from IU and then we have also included extra cost in terms of the safety measures that we have been talking to earlier. We are expecting, as I mentioned earlier as well, that, especially in Q3, we are going to have a negative impact from our IU business in the U.S., but overall, for the year, including the positive impact from the (technical difficulty) that our gross margin will be in line with last year.

————————————————– ——————————

Ellen Bjurgert, Coloplast A/S – VP of IR [34]

————————————————– ——————————

Question 3. Can you estimate the declines in Ostomy and intermittent catheter procedures for the month of April? When would lower surgical procedures impact growth?

————————————————– ——————————

Kristian Villumsen, Coloplast A/S – President & CEO [35]

————————————————– ——————————

So thank you for that question, Scott. That's, I think, a good question. We don't yet have full visibility on where surgical procedures are. Like I said earlier in the call, most of the surgical procedures that lead to an ostomy are cancer. So there is definitely a limit to how long you can postpone that and we know that there has been some level of surgical procedures in many other markets also in April. That's a reverse effect actually that — for some of the procedures that have relate — that have been related to reversals of ostomy, these are — they are not being carried out, and therefore, people continue on the product. So there's a bit of put and take, I think, on that.

On the catheter side, the core patient segment is spinal cord injuries. And new spinal cord injuries, these — that's a relatively low number of these patients, many of them come from traffic accidents. So you — I don't have traffic accident numbers, but I am quite certain that they will have been lower in the month of April because people have been grounded. But since these are patient segments that are very, very long, we don't expect that to have an immaterial impact. So for how long could this situation persist and before it has an impact on growth, I'd say, I am looking with moderate optimism on where Europe is at this moment, that we're gradually starting to open up. The number of markets are — have either begun elective procedures or signaling that they're going to do elective procedures, and that definitely also suggests that they will be doing something as important as cancer surgeries. I hope that answers your question.

————————————————– ——————————

Ellen Bjurgert, Coloplast A/S – VP of IR [36]

————————————————– ——————————

The next question comes from Christoph Gretler at Crédit Suisse. Christoph would like to ask about the path of recovery in China in Wound Care and Ostomy Care. And what is the current run rate of the original plan in March, April?

————————————————– ——————————

Kristian Villumsen, Coloplast A/S – President & CEO [37]

————————————————– ——————————

Thank you, Christoph. A nice pointed question. So China, of course, was first hit, and so in the month of February, particularly in the month of March, we saw a significant impact. We are close to normal levels of surgeries now on ostomy. We're expecting these surgeries to normalize through the month of — probably through the month of May, maybe end of June. We're also seeing outpatient activity picking up, good activity in the direct channel. So we're confident that we're going to get back to good growth on the Ostomy side. It will normalize through the second half of the year.

The pickup is taking a bit longer on the Wound Care side and — which probably has something to do with the fact that people have to return to hospital to pick up the product and are maybe less willing to do so then if they have to go and pick up Ostomy products. But we are still seeing and expecting that there'll be normalization through the second half of the year. I hope that answers your question.

————————————————– ——————————

Ellen Bjurgert, Coloplast A/S – VP of IR [38]

————————————————– ——————————

Bon. That was all the questions that we have time for today.

————————————————– ——————————

Kristian Villumsen, Coloplast A/S – President & CEO [39]

————————————————– ——————————

So I want to thank all of you who made it through to the call. And I apologize on behalf of the company that we had technical difficulties. I want to reiterate that should you have any more questions, please reach out to our Investor Relations teams and — team, and we'll do our best to answer your question, and I hope all of you are safe out there. Have a good day.

————————————————– ——————————

Opérateur [40]

————————————————– ——————————

That does conclude our call for today. Thank you for participating, you may all disconnect.